NoŽl d'autrefois en Acadie

 

Pour les anciens Acadiens, Noël était avant tout une célébration religieuse. La fête commençait donc par la messe de minuit. La décoration de l'église et les cantiques conféraient à cette fête toute la splendeur possible.

Dans certains endroits, après la messe de minuit, les membres de la famille et des amis se regroupaient et faisaient un réveillon. Il y avait de la musique et des échanges de cadeaux, mais il y avait surtout de nombreux mets préparés pour la circonstance.

Chez les anciens Acadiens, le mets traditionnel du réveillon de Noël était surtout le rôti de piroune (oie). Cependant, les informateurs soulignent que la nourriture a une importance particulière pendant la période de Noël et qu'ils en profitent pour préparer, selon les lieux, le cipaille, la pâte enImage de catins en pate pâte, le chiard à la viande boucanée, le pâté en famille, le fricot acadien, le fricot du Cap-Breton, le râpé, la mioche, la tourtière, les poutines râpées, etc. C'est le temps de la viande, les boucheries viennent tout juste d'être faites.

On profite aussi du temps des fêtes pour faire des pâtisseries. La catin de pâte, que l'on donnait aux petites filles le matin Noël, consistait en une pâte cuite ayant la forme d'une poupée et mesurant généralement un pied de longueur. La pâte est semblable à celle du pain de sucré. Dans le temps de fêtes on déguste des poutines en sac, dessert de pâte sucrée, riche en gras.

Le matin de Noël, les enfants qui ont été dissipés pendant l'année, trouvent des friandises dans leur bas.

La décoration de l'arbre de Noël

photo d'un arbre de noel décoré comme autrefoisCe n'est qu'au début du 20e siècle que la coutume de l'arbre de Noël s'est introduite dans les foyers acadiens. Les familles se rendaient au bois avec un petit traîneau pour ramener un sapin «bien fait». Tout indique la participation de toute la famille… Noël engendrait de la fraternité, de la créativité et sans doute un certain rapprochement.

Pendant la semaine qui précédait le jour de Noël, les Acadiens d'autrefois «greyaient (décoraient) des arbres de Noël». Les enfants décoraient le sapin avec des étoiles et des cœurs taillés dans du carton et recouverts de papier de plomb ayant servi à l'emballage commercial du thé. On faisait des guirlandes en enfilant des pommettes ou des pommes de prés (canneberge) ou du blé d'Inde (maïs) grillé. On façonnait aussi des chaînes de papier pâte : les mailles étaient constituées, de papier rouge, blanc et bleu et les couleurs alternaient. On mettait les cartes de Noël dans l'arbre à mesure qu'elles arrivaient, mais elles se faisaient rares avant les années 1900. Si quelqu'un de la maison était décédé dans l'année, on ne décorait qu'avec du bleu ou du vert.

Une Légende de Noël

Une légende raconte que le soir précédent le jour de Noël, il ne fallait pas aller dans la tasserie de foin, car s'il arrivait que l'on aperçoive la lune entre les planches de la grange, ce serait là l'assurance d'une petite année : les récoltes seraient mauvaises et les animaux malades. De plus, il ne fallait pas que le maître aille dans l'étable pendant la messe de minuit, car c'est à ce moment que les animaux parlaient entre eux, et ils ne voulaient pas être dérangés. Le maître qui ne respectait pas cette croyance risquait de mourir pendant l'année. On raconte qu'un cultivateur entra dans son étable pendant la messe de minuit et entendit deux chevaux parler ensemble : «Qu'est-ce que tu feras demain ?» dit l'un des chevaux. L'autre répondit : «Demain je vais reconduire mon maître en terre.» La légende rapporte que le cultivateur mourut le soir même.

 





Sources:
- Héritage d'Acadie, Jean-Claude Dupont, les éditions Leméac, 1977. ISBN : 0-7761-5259-9.
- Vie de nos ancêtres en Acadie (Coutumes, croyances et religion populaire), sous la direction de Paul Doucet.
- Photo de l'Arbre de Noël - Mon arbre de Noël 2001


DerniŤre mise ŗ jour : ( 04-08-2008 )